Quand la Physique rejoint le Sport

Christophe Rossel

 

Une quarantaine d’étudiants et étudiantes en physique des universités suisses se sont réunis les 17 et 18 mai 2013 à Macolin pour un atelier de travail sur le thème Physique et Sport. Organisée dans le cadre du Forum des Jeunes Physiciens (YPF) en collaboration avec la Société Suisse de Physique (SSP) et l’office fédéral du sport (OFSPO) cette réunion a permis à ces jeunes de se rencontrer dans une atmosphère amicale.
L’YPF a été créé en 2009 à l’instigation de la SSP, grâce au soutien financier de l’Académie suisse des sciences naturelles (SCNAT) et de sa plateforme MAP. Les buts du Forum sont d’encourager la communication entre les sociétés d’étudiants en physique entre elles, avec les physiciens professionnels membres de la SSP ainsi que de créer une plateforme pour discuter des sujets d’intérêts communs et organiser des évènements divers tels que visites ou séminaires.

C’est dans ce contexte qu’a eu lieu ce premier workshop sur le splendide site de la Haute école fédérale de sport (HEFS) de Macolin. Arrivés le vendredi soir les étudiants ont été reçus officiellement par le recteur de cette école, Walter Mengisen, qui leur a décrit la fonction et les activités de l’OFSPO qui est un centre de prestations, de formation et d’entraînement au service du sport d’élite, du sport de compétition et du sport populaire.

Après une soirée conviviale de discussion et de jeux au bar et la nuit passée au Grand Hôtel, les participants se sont retrouvés le samedi matin pour la série de conférences prévues au programme. Après une introduction générale sur le thème et l’organisation du workshop par Christophe Rossel, le premier conférencier, Didier Staudenman du département de médecine de l’université de Fribourg a présenté le sujet de la biomécanique et de l’activation musculaire à une audience attentive. En particulier, il a décrit la technique d'électromyographie (EMG) qui permet d'enregister et analyser les signaux électriques produits par les variations physiologiques des fibres musculaires.

Dans une seconde présentation Pierre Cornu, avocat et conseiller juridique pour les affaires d’intégrité et de régulations à l’UEFA ainsi qu’au Centre international d’étude du sport (CIES) de Neuchâtel a développé le sujet des manipulations dans les compétitions sportives et la bonne gouvernance. De manière captivante avec maints exemples il a évoqué les paris illégaux, les manipulations en football, le dopage et ses effets pervers ainsi que les méthodes de contrôle et de sanctions disciplinaires.

Une partie des participants réunis devant le Grand Hôtel de Macolin avec une vue imprenable sur les alpes.

 

Pascal Arnold, doctorant à l’Institut des systèmes mécaniques de le l’ETHZ nous a ensuite expliqué les défis humains et technologiques dans le bobsleigh de compétition. De manière remarquable il nous a décrit toutes les étapes techniques dans la construction d’un bob professionnel qu’il a développé dans le cadre de sa thèse de doctorat. Par chance un exemplaire d’un tel bob a été exposé en présence du pilote professionnel Rico Peter de l’équipe Suisse. II qui a aussi répondu aux nombreuses questions.

Tous les secrets de la mesure de position en sport nous ont été révélés par Martin Rumo de la Haute école fédérale de sport de Macolin. Il a expliqué les développements récents dans les instruments d’analyse de performance dans les sports d’élite et en particulier les méthodes de mesures locales de la position des joueurs de football et du ballon. En effet les données 3D obtenues en temps réel permettent un entraînement précis, une observation exacte et une analyse de chaque joueur et de l’équipe.

Finalement le dernier conférencier, Benedikt Fasel du Laboratoire de mesure et d'analyse des mouvements de l’EPFL s’est exprimé sur les méthodes d’analyse du mouvement et en particulier sur la prévention des accidents dans les compétitions de ski alpin. Il a expliqué l’utilisation de senseurs inertiels placées sur le skieur, de caméras 3D ou du GPS pour mesurer la trajectoires, les forces et la dynamique du corps pendant la descente et comment utiliser les données pour optimaliser la géométrie des skis.

Changement de décors l’après-midi où l’occasion a été donnée de passer de la théorie à la pratique grâce au soutien organisationnel de Bruno Tschanz. Sous un soleil radieux et en tenue sportive les participants se sont rendus à la salle et au stade de la Fin du Monde pour tester différentes installations. Par exemple ils ont pu se mesurer aux professionnels de l’équipe de bob du Lichtenstein à la poussée d’engins d’entrainement similaires sur roues ou encore tester leur habileté d’équilibristes en slackline, ou littéralement corde souple. Dans ce sport créé dans les années 80, l’objectif est de se déplacer ou de faire des figures sur une sangle légèrement élastique et ceci sans aucun accessoire. Un autre clou des activités sportives a été sans conteste le football joué avec analyse des performances de chaque joueur, visionné sur petit écran après la partie. Enfin chacun a aussi pu tester les signaux induits par le mouvement de leur biceps grâce à un système de mesure électriques avec électrodes multiples et en comprendre les principes avec les explications de Didier Staudenman.

C’est enthousiastes et presque à regret que les participants ont quitté le site en fin d’après-midi pour retourner chez eux après une journée riche en information scientifique et technique et en activités sportives.

 

[Publié: Juillet 2013]

 

Pascal Arnold présentant les caractéristiques techniques du bob Suisse II en présence de son pilote Rico Peter.
Démonstration d’agilité sur la slackline.
Un bel exercice sportif, la poussée du bob à deux.