Hommage à Francis Troyon, Membre d'honneur de la SSP

Francis Troyon entouré d’une partie de sa famille lors de la cérémonie à l’occasion de laquelle l’EPFL lui a accordé le titre de Professeur Emérite.

En juin 1962, un jeune physicien théoricien de l’université de Rochester, le Docteur Francis Troyon, se joignait à une petite équipe du Laboratoire de Physique des Plasmas, fondé à Lausanne le 1er mai 1961. Lors de la manifestation scientifique à l’occasion de sa leçon d’honneur, fin mars 1999, des personnalités scientifiques internationales de premier plan vinrent à l’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL) rendre hommage au Professeur Francis Troyon, Directeur du Centre de Recherches en Physique des Plasmas (CRPP), un des fers de lance de la recherche européenne et mondiale en énergie de fusion et en physique des plasmas. En un peu moins de quarante années, les qualités scientifiques et politiques du Professeur Troyon ont ainsi réussi à placer l’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne (qui a repris le CRPP en 1973) et la Suisse comme un des grands acteurs de la fusion, et ceci malgré la taille de notre pays.

Francis Troyon était ingénieur–physicien de l’Ecole Polytechnique de l’Université de Lausanne, l’EPUL qui devint l’EPFL en 1969, puis partit à l’Université de Rochester faire une thèse de doctorat. A son retour en Suisse, il mit en application ce qu’il recommandait aux jeunes dans son allocution de départ (à savoir d’oser changer de métier) et se lança dans cette nouvelle discipline qu’était alors la physique des plasmas de fusion. Il fut nommé Professeur Titulaire en 1974, devint Directeur du CRPP en décembre 1981 et Professeur Ordinaire en 1983.

Le thème central de sa recherche était l’étude par la simulation numérique de la stabilité du plasma confiné par des champs magnétiques (comme celle de la configuration dite du tokamak) et, plus généralement, la simulation des phénomènes physiques dans les plasmas confinés magnétiquement. Mais, Francis Troyon appartenait à cette génération de scientifiques, qui non seulement étaient des experts dans leur domaine, mais avaient une vision et des connaissances extrêmement larges sur toute la physique des plasmas. Il imprimait pour le CRPP dans les années 80 des orientations, qui, vingt à trente ans plus tard, ont permis à notre laboratoire d’être une des unités de recherche européennes et mondiales les mieux cotées. Citons par exemple la simulation par ordinateurs, l’étude de l’influence des formes du plasma de tokamak dans le Tokamak à Configuration Variable TCV du CRPP, leur chauffage par ondes électromagnétiques à très haute fréquence. C’était sous son impulsion que les recherches en plasmas industriels ont débuté. C’est encore sous sa Direction, que les activités en technologie de fusion effectuées à l’Institut Paul Scherrer ont été intégrées au CRPP.

Francis Troyon a été un de ceux qui avaient la vision que notre recherche en énergie de fusion devait s’intégrer à celle de l’Union Européenne. Il a activement participé à la négociation de l’Accord de Coopération entre la Suisse et l’Euratom de 1978, le premier accord bilatéral de la Suisse avec la Communauté Européenne! Il faut souligner ici tous les aspects positifs de cette association, comme la pleine intégration au Programme Euratom Fusion, la participation au projet européen JET ou mondial ITER, avec d’importantes retombées scientifiques, industrielles et aussi la possibilité d’avoir une formation de pointe. Les qualités humaines et politiques de Francis Troyon l’ont amené aux plus hautes responsabilités au niveau européen comme la Présidence du Conseil Scientifique de JET, celle du Conseil de JET. Il fut également membre du conseil scientifique international qui a défini le projet ITER.

A côté de ses activités scientifiques et internationales, Francis Troyon a aussi été un enseignant hors pair. Il a su passer son enthousiasme non seulement pour la physique des plasmas, mais tout simplement pour la physique en général et les mathématiques aux étudiants qui ont eu la chance de l’avoir comme enseignant ou comme directeur de thèse. A côté de son enseignement, un de ses messages a aussi été l’importance de l’éthique, le socle sur lequel tout doit être construit. Ce qui est frappant pour les nombreuses personnes qui l’ont côtoyé dans l’exercice de son enseignement ou de sa direction, c’est le temps qu’il a toujours su accorder à la discussion, à la recherche de solutions. Il y a chez lui à la fois cette attitude sincère de recherche et l’attitude du maître – on a presque envie de dire du père – pour ses collaborateurs plus jeunes qu’il a formés à travers ces dialogues, et dont le contenu portait le plus souvent sur la mise en évidence des enjeux scientifiques dignes d’être poursuivis sur le long terme.

La Société Suisse de Physique en reconnaissance de ses contributions pour la physique des plasmas l’a nommé membre d’honneur en 2014. La citation mentionne : « Le titre de membre honoraire de la Société Suisse de Physique est attribué à Francis Troyon pour ses contributions majeures pour le développement de la physique des plasmas et de la fusion en Suisse et dans le monde ».

Francis Troyon (1933-2016) nous a quitté le 10 janvier 2016. Il était un homme de conviction, un scientifique d’exception et un enseignant hors du commun. Cette perte attriste beaucoup d’entre nous, ses anciens collègues, collaborateurs ou étudiants. La SSP se joint à ses nombreux amis de par le monde pour exprimer ses sincères condoléances à sa famille.

Antoine Pochelon & Minh Quang Tran

 

[Publié: février 2016]